ashes_canalblog
Ashes-Body Art sur verre (4,5x6 cm) 1995

Lentement je suis en train de reprendre en main ma création et mes images. Pour l'instant je me sens vide, beaucoup de choses autour de moi me semble futiles, inutiles et dérisoires. Au delà du chagrin, après le décès de ma soeur, il y a la colère, l'incompréhension, l'impatience et l'envie de se battre physiquement et moralement, pour l'honneur, mon honneur. D 'envoyer paître tous ceux qui m'envisage, me juge, me condamne, me compare et m'assomme de leur bêtise hautaine et méprisante depuis si longtemps. Tous ceux là sont appelés à disparaître de ma vie (qui sait...), car l'absence d'amour est parfois pire que la haine, que l'amour d'un monstre est totalement destructeur; et je connais le visage de ce monstre affectif depuis très longtemps.
Dans cette rage, il y aussi l'envie toute simple d'être aimé, compris, entendu et d'être un tout petit peu heureux,  en paix parfois, de ne plus avoir peur des amours et de la haine. Je parle ici de rapports idéaux avec des personnes que je ne connais pas encore, pour les autres, il est sûrement déjà trop tard.

Je pense que le cancer est une forme d' excuse, d'expression d'un mal-être, d'un mal vivre gigantesque; ma soeur avait souffert depuis très longtemps, des trahisons et des abandons d'amour. Elle avait trouvée son équilibre parmi ces amis qui étaient devenu sa vrai famille. J'ai pris cela comme une claque lors de ses funérailles, l'impression d'être un étranger affectif et partie intégrante d'une fratrie d'oisillons cruels issue du même nid maudit.
Je sais que ces amis ont aimées ma soeur peut être mieux que moi même, moi je devais me battre pour survivre affectivement, pour ne pas être dévoré par la cruauté et les jalousies...mais Dieu sait que j'ai aimé cette soeur qui se rêvait fille unique pour toujours. A présent elle est unique pour chaque personne qui l'a aimé un jour, un an ou pour la vie. Moi je ne suis pas fils unique et je ne me rêve pas ainsi, je suis juste seul.

Je ne peux en dire beaucoup plus, puisque ceux dont je parle, peuvent me lire ici...drole de paradoxe qu'un weblog Artistique puisse devenir source de renseignements et de jugement pour ceux qui vous méprise,  vous trahisse et essayent de vous contrôler. Moi personne ne me contrôlera puisque j'ai été mal aimé, je suis libre puisque on me déteste et on me juge. Plus rien à perdre, j'avance...

Passée cette rage, ce weblog redeviendra Photoblog, il faudra du temps pour cela, mais j'y arriverai. La paix renaîtra ailleurs avec d'autres visages, d'autres regards...

Les cendres retournent toujours aux cendres.

P.S: Certains qui me connaissent dans la vie vont lire ce texte, il n'y a ici aucune exagération, ceux qui pourraient croire cela ne me connaissent pas.