Autoportrait les yeux fermés-Home-04-2004

"Je me crois en enfer, donc j'y suis", disait Rimbaud
C'est exactement cela, l'imaginaire est une réelle force motrice, une énergie infime et immense qui fait se mouvoir par le rêve, l'acteur et le spectateur. Les rêves sont vivants et actifs, par poésie et symbolique des images, ils soignent nos peines, recomposent les morceaux épars de notre mémoire, nous mettant en contact avec le temps absolu; ni passé, ni présent, ni futur, mais plutôt éternité libre et électrique.
Il n'y à pas de voyance, ou réelle médiumnie, mais plutôt la capacité d'un être à se mettre en état de "sommeil" profond, et à décrire chaque  élément de
    SON paysage. Il n'y a pas invention, ni construction mentale du médium. Simplement il entre, vivant, dans le royaume des esprits et des "êtres de lumière", à la fois au ciel et au centre du cerveau (l'un et l'autre étant voisins et frères)
Ainsi, j'ai vu des lunes se coucher et pleurer dans ma main, j'ai rencontrer mon futur fils, magnifique d'apesanteur sur un ciel nu. J'ai vu l'enfant que j'étais il y a 4000 ans. Je me suis vu participant à la construction de Notre Dame de Paris. Comme dans un rêve, je me voyais de dos, mais je savais de façon certaine que ce fils de roi, cet alchimiste, ce peintre officiel de la cour, ce samouraï en prière, étaient moi, comme je suis ces êtres de A à Z...
NOUS sommes JE.
J'ai parlé à des êtres de lumière tellement hauts et limpides, que le simple fait d'écrire leurs noms me faisait pleurer. J'ai soigné des diables, amoureux de la vie et prêt à se convertir, pour rester auprès de leur corps terrestre, actif et concret, plutôt que de devenir des génies immatériels. J'ai vu des âmes venir à mon chevet me réclamer l'extrême onction, avant de partir derrière le tunnel.
  Ces voyances, ces claires visions ont façonnées mon esprit, mon coeur et mon oeil.
Mon regard n'est pas dur, fou, ou  halluciné, mes yeux ont vu l'autre face du soleil, donc je sais quel geste fait naître les étoiles et quel souffle les composent.
Cet autoportrait ne vous montre pas mon corps, mais une image de ma "sagesse" et de la "patience". Ce geste de la main n'est que symbiose avec l'idéal.
Ainsi, on apprend pas à prier, on laisse son corps tendrement être capturer par la lumière et l'on Décide de devenir cette note silencieuse, cette larme...cette prière muette est mentalement érotique et sexuelle, toute l'âme est baignée de sève, de miel lumineux et idéalement "vide"...en attente de l'accord vibratoire et musical instinctif et primal. Le masculin et le féminin n'existent plus, seul compte la capacité de se faire réceptacle...
  Je me suis réveillé un soir, plongé dans les bras du ciel, prêt à renaître demain sous la forme d'une plume...

Pour un scientifique voulant se faire poète, il y a ici le théorème précis, caché et clair, évolutif et liquide de l'atomisation de la vitesse de la lumière...le but?...idéal...

Je me crois au Paradis, donc je suis...

  Olivier J