Cold Dream-Sannois-02-2004
 
    Bonjour à Toutes surtout, et à Tous aussi !
 
  Pour continuer sur le ton de ma note d'avant hier, je vous présente aujourd'hui une photo en couleur  à l'atmosphère extrêmement "Cold".
    Cette image à été prise tout prêt de chez moi, à Sannois dans le Val d'Oise, avec mon cher Canon G5, tout neuf à l'époque. Je découvrais le bonheur du numérique: d'avoir tout de suite une vision claire de l'image définitive, un large écran rétro-éclairé me permettant un cadrage parfait. En effet, sur mon vieux Nikon F.E, la photo de nuit était vraiment un art expérimental, il fallait s'armer d'une lampe de poche pour visualiser les commandes du boîtier, afin d' apercevoir le barillet des vitesses et du diaph, le cadrage était vraiment fait à l'aveuglette. Sur ce nouveau boîtier Canon, il y a un effet: "zéro Lux", c'est à dire que le moindre atome de lumière est amplifié. A l'arrivée l'image est parfaitement lisible, claire tout en prenant un côté spectral.
  Cette photo est le fantôme d'une ville de banlieue la nuit, il n'était que...22h22 et 26 secondes (mémoire numérique) et pourtant les rues étaient totalement désertes, les gens étaient au chaud en train de se vider les yeux et l'âme sur le film du soir, qu'ils allaient oublier au cours des deux heures suivantes, ces images de film viendront nourrir des rêves qui seront oubliés au petit matin à leur tour. Je ne me moque pas, cela m'arrive aussi parfois; mais là, j'étais vraiment le Petit Prince tout seul au ciel d'un désert. Pas de renard, pas d'allumeur de réverbères, de Roi...ou plutôt si, dans le sens que j'étais absolument tous ces personnages et Saint Exupery à la fois !
  J'étais l'architecte d'une réalité en construction fixe, je dirigeais un opéra vivant immobile et joyeux... des arbres, des ombres de néant, des lucioles de givre dansaient, pavoisaient à chacun de mes pas. J'étais dans cette rue étroite, le nez à la lune, en totale symbiose avec ces âmes d'arbres et de nuit, avec chaque seconde comme bonheur ! la tête en arrière, je dansais...
  Au sortir de cette ruelle, je me retrouvais ébloui, heureux et limpide comme une larme de femme, les oreilles bouchées par le froid et l'infra-choc de cet instant. J'avais assisté à quelques chose de miraculeux, comme de pouvoir être dans le cerveau d'Arthur Rimbaud composant "Promontoire" tout en marchant au rythme d'un battement de coeur élémentaire...Un  Alexandre Calder au sortir d'un de ces spectacles de cirque miniature dans le salon de son appartement...
 
  Je décidais de m'aventurer plus avant dans cette brèche de l'espace-temps que l'on nomme Photographie...
 
    Bande Sonore: Fad Gadget-"Collapsing New People" -single (version longue)-1983
                       : Bauhaus-"In fear of fear"- BBC SESSIONS-1980
                       : And Also The Trees-Twilight Pool-1983
 
    Humeur du moment: Amoureux de la lune.